Mme A.A. l’Antiphilosophe déménage

Cher journal,

J’ai déniché un superbe appartement avec une seule chambre à coucher traversé par le train qui transporte les immigrants aux dents de plâtre. J’ai trouvé une bille d’uranium dans mon urètre, c’est un signe de la fin des temps. Depuis mon balcon, j’ai vu les oies luminescentes traverser le ciel obscurci par l’haleine des voisins. Les soupçons entretenus par les mégères de papier ne résistent guère à l’acide sexuel qui coule de ma bouche déflorée. Mon propriétaire ignare court plus vite que l’horloge atomique sans bretelles qui siège au Vatican. La dame des objets perdus a été retrouvée épinglée sur le mur de son bureau, la matrice retournée comme un gant et sur le visage l’expression figée et béate de celle qui a rempli tous les formulaires. Il n’y a plus de cabines téléphoniques, il n’y a plus d’endroits pour contacter les courtisanes transversales lorsque la lune de gruau glisse sur mon sexe irrité.

La ritournelle minuscule est une valve caillée sur les fibres végétaux de mon cœur. La nièce de Satan s’est inscrite aux cours du soir ; elle travaille comme téléphoniste à la compagnie de chaussures qui emploie des enfants dans son usine souterraine. Savoir conjuguer le verbe falloir à la première personne du singulier n’est pas donné à tout le monde. En fait, il n’y a que les livreurs anthropophages employés par Über qui ont des doigts assez liquides pour imbiber suffisamment la grammaire et ainsi accomplir un tel exploit. La charrette des lépreux a des roues de roquefort et laisse des traces vertes sur le tapis floral de ma salle de bain.

J’ai reçu de la visite pour la première fois dans mon nouvel appartement. Elle s’appelle Désarroi et elle est caustique et tranchante comme une épine de métal sur le front du Christ postindustriel. Entre mon lit et la cuisine se trouve le crématoire ; il y flotte une odeur cauchemardesque de yogourt allégé à la banane. La porte fait un tel boucan en ouvrant qu’on croirait entendre sainte Thérèse d’Avila sodomiser depuis l’enfer les élus avec sa verge bardée de clous purulents. Je me console en me disant que le loyer est à peu près raisonnable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s