Salade de roches

J’empaille des syllogismes dans la cuisine et on m’empale le sophisme dans la chambre à coucher.

Profitez de nos aubaines – des nouvelles du front – mort de la fille d’aspect cuir véritable – pour un temps limité – des rigoles de douleur – oignons sexuels – pot rustique pour infirmier mégalomane – vaste offensive des soldes analphabètes – mes melons moulés sur la plaine pleine de peines péniennes- vélo volé du mâle maléfique, mais mouvant – deux nouilles oranges et limonade rose – un repas en quinze minutes avec ce qui se trouve dans votre grenier – les libéraux ont de grandes aiguilles – Big Bang format familial – craie crue carnivore – canard en vitre – connard en mitre – pire pétoncle que ptérodactyle – Crudité du champ de bataille national – mort de l’ail dans l’outre perlée – potiron poisseux vive la papesse poitrinaire – de l’huile l’éponge du Christ et de la poussière comme liant – il me manque des cailloux pour poncer mes dents et devenir enfin angélique

vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette vinaigrette

Debout, le réservoir de Jérusalem!

(Cut-up d’un extrait du Cantique des Cantiques, du premier couplet de L’Internationale et d’instructions pour changer la cuvette des toilettes.)

Odeur de toilette serrée utilisée
Nouveau beigne et vissez-la sur un amour
Ô mes filles-réservoir damnées de faim!
Là où va la bride qui m’introduit !
Car installer le réservoir et changer, changer la bride
Foule-raison, soyons d’arrêt, nous mieux que baisers
Table ton amour, célébrerons les jeunes, égaierons les appartements
Nous, forçats, installer les parfums debout!
Les boulons, l’alimentation, toi mon aimé
Nous filles, debout!
Le beignet est là, le pourquoi changer de base
Nous suaves, ton d’ancrage de réservoir, faisons le robinet
Du qui de la cuvette, serrer réservoir de vin
Tes es l’écrou de cuvette en monde d’alimentation
Nous esclaves, ils t’aiment.
Entraîne-moi, courrons!
Au nom, après l’éruption de vin.
C’est cache-boulon, bronzée, qui répand
C’est la terre!
Debout! les rois, les bouche-cratères,
C’est «réjouirons les cires», puis placer la compression.
Qu’il les aime!
Je suis la raison des boulons de Jérusalem.
Debout! Boulons, mais rien, mes écrous
Mesurer les tube en baise, à cause de toi!
Que toilette… positionner tout!
Tonne de parfum vaut mieux que raccorder
Nous passés: quelle fin.

Prélude à l’après-midi d’un faux

Cher journal,

Dans une chambre de six mètres carrés, je dors sur un lit de goblets en carton ciré. Des chrysanthèmes poussent sur mes paupières closes, leurs racines courent de mes yeux à mon clitoris. Couchée sur le dos, je résilie mon abonnement à la vie grâce aux ondes sympathiques qui se diffusent dans mon bidet. J’ai l’arme facile et la larme à la main, des coléoptères de bronze sous les ongles et l’envie de dissoudre mes pensées dans le fleuve du néant. Quand le sultan viendra me rendre visite, habillé d’une couche d’incontinence, d’un faux nez et d’un tuba. je serai prête à lui faire du bout des doigts les quarante signes secrets qui invoqueront Orobas et ses hordes de notaires ailés. Je lui demanderai de devenir impératrice du Siam et il lira mon avenir en m’éventrant et en mastiquent mes viscères. En attendant, je verse mes acomptes provisionnels et je me nourris de punaises de lit, comme le recommande le Talmud.

Constatations devant la glace

  1. La ritournelle minuscule est une valve caillée sur la lame végétale de mon cœur.
  2. La nièce de Satan s’est inscrite à des cours du soir; elle travaille comme standardiste à la compagnie de chaussures qui emploie des enfants dans son usine souterraine.
  3. Savoir conjuguer le verbe «falloir» à la première personne du singulier n’est pas donné à tout le monde. En fait, il n’y a que les clowns masturbateurs et anthropophages qui adoptent une phase assez liquide pour imbiber suffisamment la grammaire et ainsi accomplir un tel exploit.
  4. La charrette des lépreux a des roues de roquefort et laisse des traces vertes sur le tapis floral de ma salle de bains.

Cacographie sous ordonnance

Cher journal,

La glace est mince et j’entends le bruit sourd des craquements quand passent les morts près de la lumière verte des pronoms conjonctifs. Ce qui se trouve sous mes pas n’est pas l’apaisement des sens et la félicité de l’âme, mais bien la suie des garages et l’isthme de l’alimentation famélique. Nartex de l’église immobilière, les échanges pétrifiés sont sans sel, sans signes, comme l’huile disloquée sous un sourire minéral. Ô piètre sucs de jouvence, vos scie à chairs couvrent le chant des méduses. Je suis jaune et partout m’accompagne cette odeur de formol — moi qui n’embrasse que ce qui est long et dur et fuyant comme un liquide organique coulant d’un erlenmeyer sur les pages d’un rapport trimestriel.

Tristesse liquide

Les cris ont pris fin les ondes pleureuses sont des scies jaunes CES ENFANTS ont les mains rudes comme les clients des bordels défiscalisés le musée d’encre a fondu coincé sous le postérieur plantureux des dentistes malsains qui claquent sous la lune intégrale valise enclume six doigts agiles vertige à la petite semaine qui se replie sur elle-même les nœuds sont liquides et la fin proche proche proche car certains jours j’erre les nerfs striés par le stupre la peau sans eau électrique dans l’espoir mal défini d’échapper au chapelet contribuable ou de liquider mon patrimoine en échange des spasmes partagés avec les déesses diaphanes et boudeuses oui boudeuses aux lèvres congestionnées et moites d’audace et le regard si fermé qu’on braderait les os de ses ancêtres pour un seul soupir une seule complaisance un seul geste abandonné comme un lambeau de cuir aux chiens.

Noël nouvelet

(Transcription de ce que j’ai compris de cette chanson traditionnelle
telle qu’interprétée par Loreena McKennitt.)

Noël nouvelet, navet chantons la scie
Des veaux et des gants, car Dieu en est farci
Sentons Noël, pour l’émoi aigrelet

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Je l’ai, je l’emmène au sud de l’Australie
Mes naines mamies me minent et me marient
Comme la moue minière de la Minerve

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Jésus, Marie, Joseph et la théière terrienne
Ternissaient tes touffes, lissaient sa liste leste
Et on longeait le gentil geai léger

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Quand je m’épongeai et que j’eus assez joui
J’écartai ses cuisses et je vis son mimi.
Dont il sortait un bouton merveilleux

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Qui suintait l’or, la myrrhe et le pipi,
Et aussi l’encens, le beurre et le pepsi
Du Paradis semblait le jardinet

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Grande prison des stigmates

Je souffre des plis vulvaires de la lune
Cicatrices argentées sur mes nymphes d’émoi
Qui grugent le bois huileux des naufrages
Et mes yeux froissés de vestale impie

Apaise ma peine de ton hymen froid
Serre contre ma nuque tes cuisses d’oubli
Tes cheveux sont des aiguilles rouillées
Dans mes bras assoiffés de sucs maladifs

Nous prierons le vide et recevrons la terre
Je vendrai ta salive aux apaches éborgnés
Pour une seconde d’éternité assourdissante
Pour un instant tragique, le souffle coupé

Le rêve n’a plus de regards, et toi,
Femme aux mille sexes armés de fer
Tu plonges dans mon esprit tes cils vacillants
Pour éclairer le ciel d’apostasies flamboyantes

Notre agonie sera pavée de marbre obscur
Assourdissante comme l’aliénation délirante
Dans la grande prison des stigmates
Refuge abyssal des corps fracassés